NON à la suppression du droit de timbre

STOP à cette nouvelle arnaque fiscale !

  • Un cadeau qui ne profite qu’aux riches : rien pour les gens qui travaillent, alors que nous sortons tout juste d’une crise sans précédent !
  • Un nouveau privilège pour le secteur financier : le renforcement des inégalités se poursuit !
  • Plusieurs centaines de millions de pertes fiscales : cet argent manquera pour les hôpitaux, les transports publics et la formation !

Artboard 38Signer maintenant

Mode d’emploi

Vous pouvez signer directement en ligne : complétez le formulaire ci-dessous, imprimez le PDF, ajoutez vos nom et signature. C’est tout !

Partager ce référendum par facebook par twitter par whatsapp

Arguments

Le Parlement a décidé de supprimer le droit d’émission sur le capital propre. Et ce n’est que la première de plusieurs baisses fiscales prévues pour les actions et les obligations. Ce nouveau privilège fiscal est inacceptable :

Seules les entreprises très profitables et les hauts revenus y gagnent.

La suppression du droit de timbre ne profite qu’aux plus riches ainsi qu’aux entreprises qui ont pu faire des profits pendant la crise. Quant aux PME qui auraient besoin de capital pour se relancer, elles peuvent déjà bénéficier d’une franchise.

Pas un sou pour les gens qui travaillent.

Pendant cette crise sans précédent, tellement de gens ont perdu leur emploi ou une partie de leur salaire. Et voilà qu’une des premières choses que fait le Parlement, c’est d’offrir des cadeaux fiscaux aux plus hauts revenus et aux entreprises qui font des bénéfices. Les travailleuses et les travailleurs, eux, ne reçoivent rien du tout.

Un privilège fiscal pour le secteur financier.

Actuellement, il n’y a pas de TVA sur les transactions financières. Le droit de timbre compense au moins partiellement cette absence de taxation. En le supprimant, le secteur financier se verrait gratifié d’un privilège injustifiable.

L’argent serait bien mieux investi dans les hôpitaux, les transports publics ou la formation.

Sans droit de timbre, les pertes fiscales se monteraient à plusieurs centaines de millions de francs. Résultat : les services publics se retrouveront sous la pression de plans d’économies. Pour financer ces cadeaux fiscaux pour les riches, c’est toute la société qui devra faire des sacrifices.

Contacts

Ce site est édité par l’Union syndicale suisse en tant que membre du comité interpartis du référendum.

Monbijoustrasse 61, 3007 Berne

031 377 01 01

info@uss.ch

www.uss.ch

Pour les médias :
Les responsables de la communication de l’USS sont à la disposition des journalistes pour répondre à leurs questions.

Infos pour les médias sur uss.ch